La France annonce la rupture de la coopération militaire avec le Mali

Volcan RDC
Éruption volcanique en RDC : le pays sous-pression .
4 juin 2021
Zaynab Nefzaouia
Zaynab Nefzaouia, l’infaillible reine Amazigh
4 juin 2021

La France annonce la rupture de la coopération militaire avec le Mali

Florence Parly avec des soldats de l'opération Barkhane au Mali

Florence Parly avec des soldats de l'opération Barkhane au Mali

Dans sa réaction la plus vive à ce jour au coup d’État de la semaine dernière au Mali, la France a annoncé qu’elle suspendait ses opérations militaires conjointes avec les forces maliennes « en attendant des garanties » que les civils reprennent leurs positions de pouvoir.

Le 25 mai, des soldats maliens ont arrêté le président par intérim Bah Ndaw et le Premier ministre Moctar Ouane et les ont déchus de leurs pouvoirs après un différend sur un remaniement ministériel, plongeant le pays dans une nouvelle incertitude après un coup d’État militaire en août de l’année dernière.

Assimi Goita, un colonel qui a dirigé les deux coups d’État et était le vice-président de la transition formée en septembre avec pour tâche de diriger le pays vers un régime civil à part entière, a été nommé président le 28 mai.

En réponse à la dernière prise de pouvoir de l’armée, la CEDEAO et l’Union africaine ont suspendu le Mali de leurs organisations et menacé de sanctions sans pour autant sanctionné le Mali laissant la porte ouverte à un dialogue avec les autorités malienne pour forcer une transition vers un régime civil.

« Des exigences et des lignes rouges ont été fixées par la CEDEAO et l’Union africaine pour clarifier le cadre de la transition politique au Mali. Il appartient aux autorités maliennes de réagir rapidement », a déclaré jeudi le ministère français des Armées dans un communiqué.

« Dans l’attente de ces garanties, la France, après avoir informé ses partenaires et les autorités maliennes, a décidé de suspendre, par précaution et temporairement, les opérations militaires conjointes avec les forces maliennes, ainsi que les missions nationales de conseil qui leur profitent. »

La France, l’ancienne puissance coloniale de la région, compte environ 5 100 soldats dans la région dans le cadre de son opération dite Barkhane qui couvre cinq pays du Sahel – Burkina Faso, Tchad, Mali, Mauritanie et Niger.

La mission, dont le siège est au Tchad, a été lancée après l’intervention de la France en 2013 pour aider à repousser les combattants qui avaient envahi certaines parties du Mali.

Les forces françaises continueront d’opérer séparément dans le pays et la décision sera réévaluée dans les prochains jours, a indiqué le ministère.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *