Equipe Nationale marocaine s'impose contre le Ghana
L’équipe nationale du Maroc s’impose contre le Ghana en amical
9 juin 2021
Hadda Ouakki
Hadda Ouakki, l’icône rebelle de la musique Amazigh
11 juin 2021

Figures Emblématiques : Nezha Hayat

Figures Emblématiques : Nezha Hayat

Notre rendez-vous hebdomadaire sur Maroc-Info revient cette semaine avec une figure emblématique pour le moins méconnu du grand public ; et pourtant Nezha Hayat, est un fin stratège au parcours atypique qui a vite gravit les échelons au terme d’une expédition du combattant. Tempérament aguerri, elle a su mettre ses forces au profit de sa passion pour l’économie financière.  Financière, femme d’affaires marocaine et fine stratège, Nezha HAYAT a été placée en 2016 à la tête de l’Autorité Marocaine du Marché des Capitaux (AMMC). Elle se montre également active pour renforcer la présence féminine dans la sphère étatique et dans les plus hautes instances des entreprises privées et publiques du royaume. Véritable porte-parole, elle a pour ambition de changer les mœurs en mettant en avant les figures féminines les plus talentueuses. 

Parcours aguerri 

Née en 1963, à Casablanca, ainée d’une fratrie de sept enfants, dont cinq filles, son père est haut fonctionnaire et veut doter ses enfants d’une bonne formation, y compris les filles, avec des ouvertures sur la culture, le sport et les langues étrangères. La famille passe de Casablanca à Marrakech, puis à Tanger. Lauréate d’un baccalauréat C obtenu à la Mission française, elle poursuit en classe préparatoire au concours d’entrée à HEC au lycée Sainte-Geneviève. Puis elle rentre à l’ESSEC Paris. 

Sa carrière professionnelle débute dans le milieu de la finance espagnole, où elle couronne le département de Corporate Finance à la société de bourse « Bravo y Garayal » et succursale de « Banco Inversion Marbella », au milieu des années 1980, sur les risques internationaux, notamment des pays d’Amérique du Sud. Elle y découvre les marchés des capitaux internationaux. Certains pays d’Amérique latine ne payant alors plus leurs dettes souveraines, elle se retrouve à conseiller des établissements et gérer des swaps de dettes, dans un marché de gré à gré qui n’est pas régulé.

Retour à la source 

Malgré une expérience probante à l’étranger et ayant pour ambition de revenir au Maroc, elle choisit au début des années 1990, d’y travailler au sein de BNP Paribas. C’est ainsi qu’en 1993, elle intègre à Tanger la filiale offshore de cette banque française.

En 1995, elle entre à la Société générale à Casablanca, alors que les marchés de capitaux marocains viennent d’être réformés, avec privatisation de certains établissements, création de sociétés de bourse, d’OPCVM, etc. Elle rejoint le conseil d’administration de la Bourse des valeurs de Casablanca et participe à la mutation de ce marché, privatisé, et à son développement. Entre 1992 et 1996, la capitalisation boursière quadruple presque, au Maroc, passant de 2,4 milliards à 8,6 milliards de dollars.

En parallèle, elle occupe durant deux mandats successifs la présidence de l’Association professionnelle des sociétés de bourse (APSB). Durant son mandat, elle s’emploie à maintenir et amplifier le développement du marché boursier marocain, et obtient, notamment, la mise en place de mesures incitatives pour les sociétés entrant en bourse.

De par son rôle au sein de l’APSB, Mme HAYAT siège également au Conseil national de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM), l’organisation patronale. C’est aussi l’occasion de participer à la création de l’Association des femmes chef d’entreprises, AFEM à but non lucratif, œuvre à promouvoir la participation des femmes dans les conseils d’administration des entreprises publiques et privées. Elle est également la première femme à rejoindre le directoire d’une banque, en l’occurrence la Société Générale Maroc, en 2007.

Convaincue que la présence de femmes est un critère de bonne gouvernance des sociétés, elle est l’une des cinq fondatrices du Club des femmes administrateurs d’entreprises au Maroc, CFA Maroc, qui veut remettre en cause ce « plafond de verre », dans les conseils d’administration des sociétés publiques et privées, qui semble bloquer la montée en responsabilité des dirigeantes féminines. Le Club des femmes administrateurs déploie son lobbying à partir de 2012, soutenu par le Women Corporate Directors, association regroupant au monde le plus grand nombre de femmes administrateurs.

Notre autre « Figures Emblématiques », Miriem BENSALEH-CHAQROUN, présidente de la CGEM, et de la même génération, joue également un rôle décisif dans la création de CFA Maroc, et son importance dans le paysage économique marocain, en cooptant sa présidente au sein du conseil d’administration du Patronat marocain, pour y poursuivre la sensibilisation de ce patronat sur le sujet de la représentativité féminine. Par ailleurs, une circulaire de Bank Al-Maghrib, la banque centrale marocaine, impose de nommer des femmes dans les conseils d’administration des institutions bancaires et financières dont elle a la tutelle. Cependant, la moitié des sociétés cotées dans le Royaume ne comptent, en effet, aucune femme dans leur conseil d’administration. Un combat qu’elle porte haut et fort dans la sphère médiatique pour changer les mœurs de notre société moderne.  

Présidente de l’Autorité du marché des capitaux

En 2016, Nezha Hayat est nommée, par le roi du Maroc, à la tête de l’Autorité marocaine du marché des capitaux, l’AMMC (l’Autorité du Marché des Capitaux). Elle prend ainsi une responsabilité dans cet organisme public récent qui a été institué en 2013 par une loi mais qui ne démarre réellement qu’avec sa nomination, et se substitue au CDVM, Conseil déontologique des valeurs mobilières, avec une indépendance plus forte par rapport au pouvoir exécutif et un périmètre plus large.

  • L’AMMC est l’autorité de régulation du marché marocain des capitaux. L’Institution a pour missions de veiller à la protection des épargnants et au bon fonctionnement et à la transparence des marchés de capitaux au Maroc.

Nezha Hayat passe ainsi du secteur privé au secteur public, et d’un opérateur financier à l’organisme chargé de contrôler ces opérateurs. D’ailleurs en mars 2020, elle est nommée présidente du comité régional de l’Afrique et du Moyen-Orient (AMERC) de l’Organisation internationale des commissions des valeurs (OICV). Le 15 juin 2020, elle devient également membre du conseil d’administration de la Chambre de commerce britannique pour le Maroc. Ces nominations sont la preuve de l’efficacité unanime de Mme. HAYAT de ses missions au sein de ces organismes. 

Elle affirmera que : « Notre engagement au sein du Comité AMERC nous permet de partager notre expérience et de bénéficier des meilleures approches de régulation et d’encadrement de marchés de capitaux. L’organisation de la prochaine réunion du Comité, à Rabat en janvier prochain, sera l’occasion de valoriser le dialogue et la coopération qui prévaut entre nos divers marchés et de débattre du rôle des marchés de capitaux dans la croissance et le développement économique et social »

A titre informatif, le Comité Régional de l’Afrique et du Moyen-Orient (AMERC) de l’OICV est le comité qui regroupe les régulateurs des marchés financiers de la région et dont les travaux ont pour objectifs l’examen, l’échange d’informations et la promotion des questions spécifiques au développement des marchés de capitaux. L’AMERC comprend 25 membres et douze membres associés, tous représentant les régulateurs de la région Afrique et Moyen Orient et satisfaisant aux normes de l’Organisation Internationale.

L’OICV quant à lui, constitue le principal forum de coopération internationale des régulateurs de marchés de valeurs mobilières. L’organisation compte plus de 200 membres, principalement des régulateurs et des institutions internationales et a pour mission d’élaborer des standards internationaux permettant d’assurer le bon fonctionnement, la transparence et l’intégrité des marchés financiers et la protection de l’investisseur.

Prix et reconnaissances

Première femme à avoir intégré le directoire d’une institution bancaire au Maroc, Nezha Hayat a été choisie, en 2010, parmi les femmes les plus influentes du secteur financier du monde arabe.

En 2013, Nezha Hayat remporte à Londres un Prix d’Excellence pour son parcours dans le secteur financier et bancaire. 

Et en juillet 2019, elle est décorée de la médaille de Commandeur de l’ordre du mérite civil espagnol par le Roi Felipe VI d’Espagne et sa médaille lui est remise par l’ambassadeur du royaume d’Espagne au Maroc, pour son engagement et son travail en faveur du renforcement des relations économiques Maroco-espagnoles. Cependant, en ce contexte de crise diplomatiques entre les deux royaumes, les choses semblent prendre une autre tournure d’intérêts individuels. 

Exprimant sa reconnaissance au dévouement de Mme Hayat non seulement aux entreprises de l’IBEX 35 & du CAC 40 mais également aux petites et moyennes entreprises espagnoles, le diplomate espagnol a précisé que la décorée est une « femme très attachée au respect de la transparence dans les affaires, déterminée dans l’exercice de ses responsabilités, passionnée par ses principes, intelligente, loyale et dévouée à son travail et à son pays ». 

Ismail Chiadmi
Ismail Chiadmi
Développeur et déclencheur d’opportunités – je mise sur le goût du challenge et de la performance pour davantage de polyvalence. Vecteurs de créativité et d'expression, les réseaux sociaux sont ma vocation. Mes passions sont mes priorités dans la vie quotidienne

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *